Au Pays d'Archimède

archimede    II a fallu conquérir le sol. Les premiers travaux d'assèchement du golfe de l'Aa sont l'œuvre des moines, au Xe siècle: Bénédictins de  l'abbaye Saint-Bertin, Cisterciens de l'abbaye de Clairmarais, Clarisses, Prémontrais de Licques. Ils construisirent des fermes et , conçurent le système hydraulique.

    La faible pente a toujours été une difficulté pour évacuer les eaux, la plaine étant sous les hautes mers. Des stations à vis d'Archimède pompent l'eau des points les plus bas vers des watergangs endigués. Durant des siècles ces vis furent actionnées par des moulins à vent. La plaine fut constamment menacée par les pluies intenses. Aujourd'hui, de gros ouvrages, à Calais et Gravelines, permettent d'évacuer l'eau, même à haute mer. Si pour faire face aux pluies hivernales, le watergang a une fonction d'assèchement, en été le niveau de l'eau est maintenu assez haut pour éviter des remontées d'eau salée, défendre les berges et permettre l'irrigation des cultures.

L’association des wateringues

wateringue

Travail de Sisyphe,  sans lui le territoire disparaîtrait sous les marécages, la menace est réelle, l'équilibre fragile. Des hommes veillent à ce risque, comme ces  responsables de sections de wateringues qui arpentent chaque jour la plaine…

Les premières associations publiques de wateringues naissent sous le règne du comte Robert, en 1169. À la Révolution, l'entretien est confié à l'État et au département. Cela est un échec, et l'entretien revient à des associations syndicales de propriétaires. Aujourd'hui,  ces associations sont toujours régies par une ordonnance royale de 1837. Tout propriétaire paye une taxe. La plaine est divisée en sections; le Pas-de-Calais en compte huit (deux pour la région d'Audruicq), au total plus de 20 000 ha et 420 km de watergangs.

Nous contacter

Qui sommes nous ?

Nous suivre.